LES NUAGES SONT DE PLUS EN PLUS CHARGÉS

LES NUAGES SONT DE PLUS EN PLUS CHARGÉS

Comme annoncé dans la lettre confidentielle LIESI, nous entrons de plus en plus visiblement dans la période des vaches maigres. C’est un début qui va provoquer bien des secousses... contre lesquelles notre lecteur est bien préparé.

Voici les nouvelles de la journée…

 

"Les marchés européens sont résolument dans le rouge alors que les investisseurs sont effrayés par une série de problèmes en provenance d'Italie, les tensions américano-chinoises et les incertitudes entourant l'Arabie saoudite", a résumé dans une note David Madden, un analyste de CMC Markets.

De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé au jugement à Istanbul des meurtriers présumés du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et insisté sur le caractère soigneusement prémédité de ce crime, contredisant la version avancée par Ryad. Vous lirez le prochain numéro de LIESI sur ce point.
L'affaire pourrait, selon M. Madden, "déclencher une crise diplomatique dans la région".

En outre, "au Royaume-Uni, la situation reste compliquée pour Theresa May qui ne parvient toujours pas à rassembler au sein de sa majorité, au point de se retrouver à nouveau menacée d'une destitution", a relevé pour sa part Franklin Pichard, le directeur général de Kiplink Finance. Là encore, nous avions annoncé une future tempête pour l’Angleterre. Ce qui est dit aujourd’hui n’est malheureusement que le hors d’œuvre… Tout deviendra beaucoup plus compliqué à la mort de la Reine.

 

Venons-en maintenant à notre article du jour.

A la suite de notre article sur les mensonges éhontés de Donald Trump quand il évoquait la relation existante entre la présidence et la Réserve fédérale, une banque du cartel bancaire vient d’exprimer un avertissement corroborant ce que nous avions publié dans la note d’un précédent numéro de LIESI, où nous mettions l’accent sur la similitude totale entre les décisions majeures de la politique économique de la présidence Trump et celles du président Hoover… ayant précédé le krach de 1929.

 

La banque américaine qui déclenche une sérieuse alerte est connue du public européen : c’est la JPMorgan Chase. Autrement dit, la pièce maîtresse des Rockefeller.

Selon les rédacteurs d’un rapport, le président Trump fonde sa politique économique sur « des idées sans fondement à propos de la superpuissance de l'économie américaine ». Aveuglé sur des idées préconçues, sa politique « pourrait aboutir à des résultats regrettables », estiment les experts de JPMorgan Chase. 

Les spécialistes de la banque ont anticipé la très forte probabilité d’une mauvaise estimation, d’une « erreur de calcul » sur le développement de l'économie américaine « par le président des Etats-Unis ». Selon les banquiers (que D. Trump aime côtoyer en privé, et ce depuis que sa famille a fait fortune grâce à l’argent qui ne dort jamais), le président américain ne mesurerait pas les conséquences du déclenchement de sa guerre commerciale avec la Chine.

 

Pour les banquiers américains, cette guerre a sérieusement affecté toutes les importations chinoises. Aussi ils assurent que les conséquences vont apparaître dans le suivi des chiffres manifestant l’évolution de la croissance mondiale en 2019. Nus verrons dans  la prochaine série de LISO ce qu'en pense la Famille Rothschild.

Par conséquent, la banque a révisé son estimation de la croissance du bénéfice par action des sociétés du S & P 500. Elle est passée de 10% à 5% en 2019. Rien que ça !

 

Les analystes de JPMorgan Chase ont également ajusté les perspectives de prix du pétrole en supposant que le Brent augmenterait à 90 dollars le baril en raison de l’introduction prochaine des sanctions américaines contre l’Iran, prévue pour le 5 novembre 2018. Notons au passage, non pas l’aveuglement mais la complicité de D. Trump avec le pouvoir du crime et du sang saoudien. Les crimes du Royaume saoudien sont devenus innommables. Imposer des sanctions à l’Iran devient alors incompréhensible, sauf si nous restons dans la logique d’un Sannhédrin occulte et machiavélique, ce qui est conforme aux révélations et réflexions de l’ouvrage Des Pions sur l’Echiquier, de W.Guy Carr, publié… en 1954.

 

Pour terminer avec les experts de JPMorgan Chase, dans un autre rapport de ce mois-ci ils font référence à une prochaine crise dévastatrice mais qui serait, de leur point de vue, moins gravissime que celle de 2008, parce que  les actifs ont ou vont considérablement diminuer,  avant qu’une question soit posée à tous les politiciens : que faire ?

 

La réponse est déjà connue des propriétaires des banques centrales… sans quoi la crise n’aurait aucune raison d’être et de se transformer en une débâcle. Cette fois, il n’y aura pas de solution comme en 2008. Souvenez-vous de ce que disait l’un des anciens patrons de Chase Manhattan Bank… un certain David Rockefeller dont on ne doit pas envier la situation aujourd’hui, lui l’apôtre de Satan et de son règne antichristique :

 

« Nous sommes à la veille d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le nouvel ordre mondial. »

 

Si la bonne crise majeure est maintenant là, à la porte, les peuples vont-ils accepter ce nouvel ordre mondial et SA monnaie numérique ?
Certains ont compris... Voir le N°408 de LIESI.







Le GRAND EXODE DE L'ESTABLISHMENT SIONISTE D'ISRAEL...

JE M'ABONNE A LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI



SOMMAIRE
DU NUMERO 405 DE LIESI

JE COMMANDE  -   JE M'ABONNE


ABONNEMENT A LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

ACHAT DU NUMERO

Commande









Leave a Reply