Le ralentissement chinois n'est plus un mythe

Le ralentissement chinois n'est plus un mythe

Les statistiques publiées en Chine traduisent les unes après les autres une confirmation du ralentissement de l’économie chinoise. Pour la banque américaine Goldman Sachs, « la croissance est soumise à des pressions à la baisse dans le secteur manufacturier » et la firme s’inquiète du déclin continu des indices liés au commerce. On note en effet la faiblesse de la demande extérieure qui pèse d’une manière persistante sur la croissance de l’activité dans le secteur manufacturier. Mais, plus que cela, on notera la baisse des ventes d’automobiles qui constituent un autre élément freinant la croissance économique chinoise. Même les transactions immobilières ont été impactées par la récente chute du marché boursier.





Pour toutes ces raisons, les dirigeants chinois viennent de promettre de nouvelles mesures de relance en vue d’empêcher un ralentissement général. Les autorités chinoises ont reconnu que les éléments de relance budgétaire et monétaire annoncés ont pris du retard. Constatant l’accumulation de pression à la baisse pour l’économie chinoise, les responsables du Politburo de Pékin ont déclaré que le gouvernement devait prendre des mesures opportunes afin de remédier à une situation manifestant l’inquiétude des autorités. Ces derniers assurent néanmoins que l’économie chinoise est toujours stable, mais ils reconnaissent des changements importants à suivre à la loupe. Ils ont admis, par exemple que certaines entreprises rencontraient un grand nombre de difficultés, suffisamment importantes pour justifier la prise de mesures en temps opportun. Le Politburo communiste se veut prudent dans les mesures choisies, tant du point de vue fiscale que monétaire, pour aider les entreprises privées.

Les autorités chinoises sont néanmoins dans une situation difficile puisque tout nouvel assouplissement monétaire impliquerait une dévalorisation de la devise nationale, laquelle se situe déjà un niveau critique pour la Banque Populaire chinoise. L’administration américaine a déjà manifesté son mécontentement en faisant référence à l’évolution du yuan, évoquant une guerre des devises rampante. D’autre part, de nouvelles mesures de relance budgétaire signifieraient encore plus de dettes dans un pays qui compte déjà plus de 300 % d’endettement par rapport au PIB.

Mais que faire si les mesures annoncées ou préparées par le Politburo communiste de Pékin ne suffisaient pas à stabiliser l’économie ?

Que fera le marché boursier chinois, en chute persistante depuis quelques mois? Ce, alors que l’économie chinoise continue de se contracter et que des millions de travailleurs en colère et au chômage cherchent désespérément du travail.

LIESI rejoint, selon les confidences faites à notre rédaction à propos du calendrier économique de 2019 et dont nous parlerons dans une prochaine série de LISO, l’opinion de l’économiste en chef chinois de Nomura International Ltd Lu Ting, à Hong Kong :
« Le printemps 2019 s’annonce comme une période très difficile pour la Chine, de nombreux facteurs comme les tensions commerciales, le ralentissement des ventes de biens durables et la fin du boom immobilier dans les villes moyennes pèsent sur la croissance. » « Nous verrons bien si la Chine parvient à soutenir une croissance d’environ 6 et 6,5%. Ce sera un test. »

En attendant, les responsables politiques vont probablement réduire davantage les impôts et alléger les contrôles dans le domaine immobilier des grandes villes, espérant ainsi relancer l’économie…

Dans le même temps, les responsables politiques de la Corée du Sud s’inquiètent de la contraction de l’économie mondiale, annonçant qu’elle se faisait de plus en plus se sentir. C’est surtout dans les composants électroniques et les équipements électriques que la contraction la plus importante est remarquée en Corée du Sud. Le même constat peut être fait pour plusieurs économies asiatiques.

Les yeux vont désormais se fixer sur les États-Unis d’Amérique où, là aussi, les signaux passent à l’orange…





Le prochain numéro de la lettre confidentielle du 31 octobre 2018 aura pour titre:

LE MONDE SE FISSURE






Le mot spirituel – Conseil de vie spirituelle

RP. Hamon -  Nos devoirs envers la justice de Dieu.

Nous devons la prévenir, la craindre et la satisfaire.
La prévenir en tenant toujours notre conscience pure ; car, comme le maître de notre Évangile, cette justice adorable nous citera un jour à son tribunal: là nous aurons à lui rendre compte de chaque action, de chaque parole, de chaque pensée, de l'emploi de notre temps, de l'usage de nos talents, de nos grâces, de nos biens ; et ce compte, nous devons le tenir toujours prêt, parce que qu'à tout moment la mort peut nous le demander. Hélas! qu'on n'y pense guère ! On vit comme si on avait à rendre compte de rien à personne et qu'on ne se releva que de soi-même. Qu'on agirait bien autrement si l'on se disait : je suis sous le regard de mon juge, à qui j'aurai à rendre compte de cette action ! On parlerait plus discrètement si l'on se disait : Dieu est là, qui entend cette parole et m'en demandera compte.





Le GRAND EXODE DE L'ESTABLISHMENT SIONISTE D'ISRAEL...

JE M'ABONNE A LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI



SOMMAIRE
DU NUMERO 405 DE LIESI

JE COMMANDE  -   JE M'ABONNE


ABONNEMENT A LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

ACHAT DU NUMERO

Commande









Leave a Reply